Mes copains les animaux
La hernie discale chez le Berger Allemand

La hernie discale peut toucher tous les chiens, mais surtout les grandes races, notamment le berger allemand.
Comme pour toute maladie, au plut tôt est décelé le problème, plus grandes sont les chances, je ne dirais pas de guérison complète, mais au moins de stabilisation ou de ralentissement de l'évolution..

Confrontée à ce problème pour Sphinx, j'ai voulu en savoir un peu plus sur cette maladie. La démarche est "chaloupée". L'arrière-train s'affaisse de plus en plus, les pattes arrières s'entrecroisent lors de la marche, elles trainent sur le sol et c'est le dessus de la patte qui est posé à terre et non les coussinets.

Se mettre sur ses 4 pattes devient de plus en plus difficile ainsi que la conservation de l'équilibre. La position assise se fait sur une cuisse, les deux pattes arrières allongées du même côté. Plus tard, le chien s'assoie, les pattes croisées sous ses fesses.

Attention, ces comportements n'impliquent pas automatiquement une hernie discale, seuls des examens approfondis peuvent en déterminer la cause.

Une myélographie a détecté ces hernies. Mon vétérinaire m'a expliqué que la matière (disque intervertébral cartilagineux) entre les vertèbres qui sert à la bonne mobilité de celles-ci, se trouve pour différentes raisons, arthrose ou dégénérescence, coincée ou déformée. Cette matière en vient à comprimer la moelle épinière qui court dans la colonne vertébrale. Les nerfs qui parcourent la moelle sont comprimés à leur tour et ne peuvent plus appliquer les impulsions données par le cerveau pour actionner normalement les membres inférieurs.

Plusieurs traitements sont possibles y compris la chirurgie (par un spécialiste) mais celle-ci n'est pas toujours applicable.

C'est le cas de mon chien qui a 4 hernies sur 4 vertèbres qui se suivent vers le milieu de la colonne. L'opération fragiliserait trop la colonne vertébrale, pourrait stopper le processus ou pourrait aussi bien le paralyser complètement. Mais en aucun cas il ne reviendrait comme avant.

D’après les différentes radios et les dires du neurologue, cette situation a débuté dans le temps mais les principaux symptômes ne sont pas apparus immédiatement. Il a suffit qu’un nerf soit plus particulièrement touché à un moment donné et coupe le « circuit » cerveau/membres.

Un traitement à base de cortisone, protection articulaire et même strychnique (très diluée bien sûr) arrive à ce que l'état n'empire pas trop vite. Un peu de marche, sans qu’il se fatigue et de la gymnastique des pattes à faire trois fois par jour pour que les muscles ne fondent pas.

Achat de chaussures pour éviter les blessures sur le dessus des pattes et, à moyen terme, une voiturette car bien qu’il atteigne 10 ans, c’est toujours un chiot dans sa tête, prêt à jouer et courir.

Il faut malgré tout s’attendre à ce que dans les mois, (ou les années j’espère) la paralysie s’étende, qu’il ne puisse plus se lever du tout et devienne incontinent.

Cette saleté de maladie a été détectée en août 2010. En ce mois de février 2011, Sphinx se déplace difficilement, l'arrière-train perdant la sensibilité. Il n'est pas incontinent mais quelques petits "oublis" peuvent se produire. Ce n'est rien tant qu'il ne souffre pas.

Vidéo ICI
video voiturette chien handicapé

Août 2011 : Evolution de la maladie, un an après sa détection : l'arrière, à partir de la moitié du corps est complètement paralysé.
Depuis quelques mois, l'utilisation d'une sonde urinaire a été nécessaire car plus de contrôle quant aux mictions. La sonde reste en place quelques heures deux fois par jour, ce qui implique un traitement mensuel supplémentaire pour éviter les infections urinaires.
Aucun signe de souffrance, toujours très éveillé, bon gardien, il faut par contre faire attention à la quantité de nouriture ; en effet, toujours sous l'effet de la cortisone, Sphinx mangerait n'importe quoi (y compris ses sondes ! )
La voiturette reste beaucoup plus souvent au garage, les sorties fatiguent et la force n'est plus là pour maintenir le dos dans une bonne position.
Octobre 2011 : le poids mort de la moitié du corps ne lui permet plus de s'asseoir tout seul. Mais le pshychique est toujours intact.

Qu'implique le fait d'avoir un grand chien paralysé ?

Tout d'abord, avoir une bonne forme physique, ensuite, du temps, surtout de l'amour et le respect de son chien et enfin, il faut bien le dire, les moyens financiers.

Comment se passe une journée normale :

-Le matin, enlever les crottes faites la nuit, le chien ne maîtrise plus ses envies.
- Poser la sonde urinaire, évacuer le plus gros et mettre ensuite la poche qui va se remplir plus ou moins vite selon que le chien a beaucoup bu ou pas.
- Préparer les médicaments (6 ampoules, 3 petits cachets, 2 gros cachets et 2 portions de pâtes genre pâte de fruit) sous les aboiements, il semblerait que je ne sois pas assez rapide à son goût.
- Faire sa toilette car n'ayant pas de sensations, il n'éprouve pas le besoin de la faire lui-même, ce qui implique d'avoir la force de remuer et soulever le chien (42 Kg)
- Nettoyer sa couche, son emplacement et le matériel.

Plus tard, enveler la sonde, nettoyer le matériel, éventuellement le chien. En soirée, remettre la sonde jusqu'au coucher, le libérer de la sonde pour la nuit et nettoyer le matériel.

Le tout avec patience, ça paraît évident, mais ce n'est pas le cas pour certains, et ne pas considérer le chien comme un objet à poser dans un coin jusqu'à la prochaine action. Changer sa position pour éviter des escarres. Il a des besoins tout au cours de la journée et sait le faire comprendre, ce qui demande de la disponibilité.

Avec une moyenne de vie d'une douzaine d'années, bien se poser la question quand on adopte un grand chien : Comment serais-je dans 10 ou 12 ans !

 

Sphinx de la résidence des grands chênes

3 Novembre 2011 : Quinze mois après la détection de cette maladie qui devait couver déjà depuis un certain temps, la situaton s'est dégradée rapidement.
Plus question de se déplacer, seules les heures des repas avaient un intérêt pour lui. Sphinx restait en place et position données après sa toilette.
Il réclamait sans cesse, je ne pouvais le laisser souffrir.

Cette page ne reflète que mon expérience personnelle, les soins à apporter dans ce cas sont à établir avec votre vétérinaire


logo solimages mes copains les animaux

http://Solimages.fr

Site mis en ligne le 18 juin 2003